fbpx

Aparigraha – le non-attachement

Aparigraha – le non-attachement
Après Bramacharya,  Aparigraha – le non-attachement est le dernier des Yamas, Aparigraha se traduit également par le fait de ne pas prendre. Il marque ainsi le désintérêt face à la possession, la non avidité.

Il se rapporte à l’aphorisme II-39 des Yoga Sutras : Quand nous sommes fermement établis dans la non-possession, nous pouvons connaître le sens de la vie (Aphorisme II-39).

PRINCIPE D‘APARIGRAHA – le non-attachement

L’interprétation traditionnelle et littérale de cet aphorisme implique de se départir de tous ses biens, de vivre une vie austère comme les moines bouddhistes qui n’ont que leur linge et leur bol à quêter. Cependant le non attachement ne signifie pas renoncer ou rejeter tout ce que nous possédons. Ce principe nous invite à développer notre capacité à profiter de chaque chose dans le moment présent tout en gardant à l’esprit que cela reste éphémère.

Aparigraha demeure un puissant outil pour vivre intensément le moment présent sans le fuir en s’accrochant au passé ou en se projetant dans l’avenir.

Pour nous occidentaux ce principe peut vite se limiter aux biens matériels que nos sociétés modernes nous invitent à accumuler et à conserver.
De la même manière, il s’agit de ne pas s’accrocher à ses certitudes, à ses souvenirs, à ses pensées. Toutes nos mémoires, connaissances, attirances, théories, idées, identités sont autant d’accumulations qui se sont faites et se font autour de notre ego. Aparigraha laisse aller le « je » et lui permet de se dissoudre dans un tout.

APARIGRAHA SUR LE TAPIS

Sur le tapis, appliquer Aparigraha le non-attachement revient à laisser aller les choses acquises. Ce mouvement de prendre puis de laisser aller se compare aisément au mouvement de la respiration. Inspirer, c’est être prêt à tout prendre, tout accepter, à se nourrir de tout ; expirer c’est être prêt à tout rendre, tout donner jusqu’au dernier souffle

Avant une séance, l’enthousiasme placé dans votre future séance peut varier dès que vous déroulez votre tapis. Dès que vous perdez de vue la raison de votre pratique, la concentration sur vous même, sur votre respiration alors vous vous attachez à vous comparer aux autres, à vouloir vous surpasser physiquement…Cela vous est-il déjà arrivé ? Ici Aparigraha « non avidité » et « non attachement » s’applique merveilleusement bien.

Acceptez ! Permettez aujourd’hui que votre pratique soit différente de votre pratique d’hier et de celle de demain.

Pratiquez avec plaisir pour l’amour de la pratique, sans forcer ou aller au-delà de vos limites. Le corps et l’esprit s’assoupliront et se renforceront afin de rendre facile ce qui vous paraissait difficile.

APARIGRAHA le non-attachement EN PRATIQUE

Aparigraha ou le non attachement se pratique hors tapis tout d’abord par la prise de recul ou encore l’observation.

Prendre du recul et observer lorsque vous y penser bien sûr ! Difficile de garder en permanence ce recul !

Vous perdez votre rôle d’observateur, ce n’est pas grave ! Le fait même d’en prendre conscience vous y ramène doucement !

Vous pouvez observer votre vie, vos émotions, vos pensées. Observer sans jugement avec bienveillance et accueillez tout ce qui existe dans le moment présent, ici et maintenant !

Tout est parfait !

Laisser un commentaire

Aller au contenu principal