fbpx

La mauvaise réputation de la respiration thoracique

La mauvaise réputation de la respiration thoracique

La mauvaise réputation de la respiration thoracique vient du fait que on l’apparente à tort à la respiration claviculaire. Cette respiration courte et saccadée que nous avons lorsque nous sanglotons.

En fait la respiration dite thoracique s’effectue de manière purement automatique et inconsciente. Elle fait travailler uniquement la partie supérieure du thorax. Les poumons sont alors sollicités et remplis d’air à 30 % de leur capacité initiale.

Elle peut être source de nombreux maux, allant du sentiment d’angoisse et de stress jusqu’à la sensation désagréable d’inconfort, d’oppression au niveau de la poitrine, voire d’essoufflement.

Plutôt considérée comme superficielle, saccadée et irrégulière, elle limite l’alimentation des cellules en oxygène et contribue à une moins bonne élimination des toxines présentes dans l’organisme. Cette respiration non contrôlée peut avoir des effets néfastes sur la santé physique, psychologique et émotionnelle.

Vous trouverez dans cet article le principe de fonctionnement de la respiration thoracique, un exercice pratique et les bienfaits de cette respiration malgré sa mauvaise réputation.

 

FONCTIONNEMENT DE LA RESPIRATION THORACIQUE

  • À l’inspiration, la partie supérieure de la poitrine se gonfle, les côtes s’écartent et s’élèvent et le diaphragme descend automatiquement
  • À l’expiration, la poitrine se relaxe, les côtes s’abaissent et s’unissent : la cage thoracique se referme.

La respiration thoracique ou Madhyama Prânayâma (zone thoracique) … ou costale, soulage le cœur et opère une intensification de la circulation sanguine. Les poumons agissent comme des soufflets.

 

METHODES

Prenez plaisir pendant ces exercices !

Exercice 1 : installez une respiration ample, souple et sans effort démesuré en ayant l’inspiration identique à l’expiration. Cherchez la relaxation avant tout pour donner le temps à vos poumons de se dilater et d’accroître leur capacité, ainsi qu’à vos muscles intercostaux et à votre diaphragme.

 

 

 

 

 

 

Exercice 2 : respirez en rythme ! Inspirez sur 5 secondes et expirez sur 10 secondes. Observez le calme s’installer et le rythme cardiaque ralentir !

 

Bienfaits

La respiration thoracique ou Madhyama Prânayâma (zone thoracique) … ou respiration costale :

  • soulage le cœur et opère une intensification de la circulation sanguine. Les poumons agissent comme des soufflets
  • tonifie et développe les muscles intercostaux
  • rend le haut du corps plus souple et plus mobile permettant de conserver l’ouverture de la cage thoracique

 

Laisser un commentaire

Aller au contenu principal