fbpx

Swadhyaya ou l’introspection

Swadhyaya ou l’introspection

Voilà ! Officiellement nous allons vivre de nouvelles restrictions. Restrictions de nos libertés par un couvre-feu à partir de 18h00 et dans la perspective d’un éventuel prochain confinement ! Alors, pourquoi ne pas profiter de cette période pour apprendre à mieux se connaître ? Et d’autant plus grâce au quatrième des Niyamas, En effet, Swadhyaya ou l’introspection n’est-elle pas toujours d’actualité ?

Dans les « Yoga Sutras », au sujet de Swadhyaya, Patanjali nous dit ceci : « A force de méditer sur nous-mêmes, nous en arrivons à la communion avec notre déité bien-aimée » (Aphorisme II-44). Il nous suggère ainsi de rester centré et conscient de nos pensées et de nos émotions à chaque instant.

Principe de Swadhyaya

« Sva “veut dire « soi » et « adhyaya » se traduit par « étude et éducation” et « dhya » signifie « méditer » Patanjali en suggérant de méditer sur notre propre Soi nous convie également à devenir notre propre observateur.

Se placer dans le rôle de l’observateur de soi-même pour s’améliorer, rechercher la meilleure version de nous-même. Et cette quête nécessite l’étude des textes sacrés et en 2 la connaissance de soi.

  1. L’étude des textes sacrés semble assez simple en soi. Mais lire les textes sacrés comme « Les Yoga Sutras » de Patanjali à la base du yoga moderne ou encore « La Bhagavad-gita » par exemple peuvent paraître indigestes. Cependant leur lecture peut se faire petit à petit, progressivement et en s’attardant sur les passages qui résonnent en soi, qui font sens au moment où on les lit.
  2. La connaissance de soi relève de ce que l’on fait, de ce que l’on pense et de ce que l’on ressent. Cela implique de tenir compte de ce que fait le corps, de ce que pense le mental et de ce que ressent le cœur. Il s’agit d’une écoute intérieure favorisant l’écoute extérieure.

Alors comment mettre en pratique ce principe sur le tapis, tout comme dans notre vie ?

Swadhyaya ou l’introspection sur le tapis

Pratiquer Swadhyaya sur le tapis passe aussi bien par la pratique des asanas (les postures) que par la méditation ou encore la respiration.

En ce qui concerne les postures cela invite à s’interroger durant la pratique : prenons-nous le temps de nous installer dans une posture ? Faisons-nous une pause quand nous en avons le besoin ou quand nous en avons envie ? Ou ne faisons nous jamais de pause ? allons nous plus loin dans les postures pour répondre à un besoin ou bien par envie ? Ce questionnement et cette attention sur le tapis amène notre conscience à observer notre corps, notre mental face à chaque posture. Lorsque nous observons sans jugement, alors nous apprenons à connaître notre corps et nos réactions face aux situations qui se présentent.

La respiration, elle, permet aussi ce travail d’introspection. Prendre le temps de s’écouter respirer n’est-ce pas là une des clés de la paix intérieure ? Je t’invite à pratiquer en suivant ce lien.

Quant à la méditation c’est une technique, une façon de réaliser le Svadhyaya. Cela peut se faire en répétant un mantra, en amenant son attention sur la respiration ou bien aussi en pratiquant la visualisation. Le fait d’amener son attention sur la répétition d’un mantra, sur sa respiration ou ses ressentis physiques nous connecte à notre monde intérieur pour mieux appréhender le monde extérieur.

Swadhyaya ou l’étude de soi dans la vie quotidienne

L’étude de soi dans la vie quotidienne, c’est s’auto-analyser. Cela consiste à savoir d’où l’on part afin de savoir où l’on va. Et ainsi se dégager de ses peurs qui nous freinent, de prendre conscience de ses habitudes, routine, façon d’être ou erreurs répétées. Ces prises de conscience rendent ainsi possible les changements de route, les transformations.

Observer ce qui se passe dans notre cœur, notre tête et notre corps afin de prendre du recul face aux situations que l’on vit. Deux prérequis restent cependant nécessaire à cette observation : la bienveillance et le non jugement. Ces deux conditions permettent de se découvrir tel que l’on est vraiment. Et en conscience de nous connecter à ce qui résonne à l’intérieur de nous et ainsi mettre en œuvre les actions nécessaires aux changements que nous souhaitons. A partir de ce moment-là, nous commençons alors à avoir un impact sur notre vie. Nous changeons, nous évoluons et modifions votre environnement.

Ce Niyama rejoint l’objectif décrit dans les textes sacrés et qui mentionnent :  » tout comme les arbres, plus nous voulons nous élever, plus nous devons nous enraciner profondément « . Autrement dit, l’introspection demeure essentielle pour avancer dans la vie.

Et cette quête de nous-même se fait seul et tout au long de notre vie. Vivez votre introspection comme un travail de recherche où vous partez chaque jour vers l’inconnu, votre inconnu. Ne serait-ce pas le défi de notre vie ?

Et vous ? Comment interprétez-vous ce principe de Swadhyaya ? Comment le mettez-vous en pratique ? Je serais très heureuse que vous partagiez dans les commentaires votre point de vue 😉

Namasté, ?

Laisser un commentaire

Aller au contenu principal