Mythes du prof de yoga

Mythes du prof de yoga

+Les mythes du prof de yoga restent une réalité tout comme les mythes qui existent sur le yoga. La plupart du temps mes élèves ont tendance à me voir comme une personne différente d’eux. Une personne qui détiendrait certaines facultés. D’autres peuvent me percevoir comme quelqu’un d’étrange, un peu perché comme on dit. Mais au risque de vous décevoir, je ne suis rien de tout cela. Je suis juste un être humain qui a mis au centre de ses préoccupations son développement personnel. Alors je vous dévoile certaines des croyances qui planent au-dessus du prof de yoga. Ceci afin de vous montrer que je suis une personne comme vous, tout simplement. Je vais vous énumérer les mythes du prof de yoga les plus présents encore aujourd’hui. Et comme pour les mythes du yoga la liste ne se veut pas exhaustive.

Le calme

Un professeur de yoga reste calme en toutes circonstances, il reste ZEN 24h/24h ! Vous avez ce sentiment lorsque je (ou que votre prof) vous accueille en souriant malgré votre retard. Quand je (ou il) prends le temps de vous expliquer autant de fois que nécessaire une posture. Alors vous vous demander si j’adopte cette attitude uniquement pendant les cours ou également dans la vie ! Je vais vous révéler un grand secret : les profs de yoga sont des êtres humains comme tout le monde. Ni extraterrestres ! Ni parfaits !

Cependant je remarque que depuis que je pratique, je m’emporte moins facilement. Je relativise, j’arrive à prendre du recul face aux situations que je vis. Pour arriver à prendre cette distance, j’observe si ce qui arrive dépend de mon contrôle ou si je n’ai aucun contrôle là-dessus. Dans le cas où je ne dispose pas du contrôle sur ce qui se passe alors je lâche prise. Si cela dépend de moi alors je vois ce que je peux faire différemment pour que cela ne se reproduise pas. Mais il peut également m’arriver de péter un plomb, comme on dit ! J’accepte ce qui est tel que c’est, je respire et à nouveau j’essaie de prendre du recul sans me juger, sans culpabiliser.

 

Alimentation saine

Vous pensez sûrement que votre prof de yoga a une alimentation hyper saine. Vous pensez qu’elle (ou qu’il) fait attention à ce qu’elle mange, ce qu’elle boit, ce qu’elle respire. Alors certes, parmi les profs de yoga certains seront végétariens, végétaliens et se consacrent pleinement au Yoga. Ils choisissent alors de mener plutôt une vie monacale.

D’autres vous ressemblent davantage et aiment partager un verre entre amis, aller au restaurant, danser…

Je me classe plutôt dans la seconde catégorie. Et je me laisse toujours beaucoup de souplesse dans mes choix. Je fais partie de ce que l’on nomme aujourd’hui les flexitariens. Puisqu’il faut nommer les choses. Il m’arrive de manger de la viande, de manger de la charcuterie et tout cela en pleine conscience et de manière totalement assumée. Cela peut peut-être vous dégoûter ou bien au contraire vous rassurer. Tout dépend de votre mode de vie.

Pour moi l’essentiel est de trouver l’équilibre dans ce qui me fait plaisir, ce qui fait du bien à mon corps et à mon âme ! Et surtout que cela reste en accord avec mes valeurs.

 

Se lever tôt

En effet les maîtres yogi se lèvent tôt pour pratiquer salutations au soleil, asanas, méditation, à peine sortis de leur lit. Est-ce vraiment mon quotidien ?

Je vous l’avoue, je ne suis pas du genre lève tôt ! Toutefois je pratique avant même de poser un pied à terre. Comment ? En faisant ma séance de yoga au lit ! Cette première pratique quotidienne fait partie intégrante de ma pratique personnelle. Si je lâchais ma pratique perso, cela équivaudrait à ne pas me nourrir aussi bien physiquement que spirituellement. Et par conséquent perdre la magie que m’apporte le yoga dans la vie.

Pendant ma formation professorale de yoga, on m’a transmis qu’elle reste essentielle. Car pratiquer pendant mes cours ne me permet pas d’explorer mes ressentis de la même manière. Comme vous lorsque vous suivez mes cours, j’ai besoin moi aussi de me laisser guider et de partir à la découverte de la pratique. Ainsi je reste présente à mes ressentis et moins au déroulé de la séance.

De plus il faut garder à l’esprit que nous vivons en Occident d’où la difficulté de vivre un mode de vie yogique. Il existe plusieurs raisons à cela :

  • notre vie familiale et ses impératifs : les tâches comme préparer les repas, déposer les enfants à l’école peuvent nous dissuader de nous lever avant tout le monde ! Surtout lorsque la fatigue est présente. Ensuite en ce qui me concerne je ne suis pas une lève tôt même si je progresse !
  • nos déplacements : donner des cours à différents endroits engendre de nombreux déplacements. Cela nous prend du temps qui peut empiéter sur notre pratique. Dans ce cas je mets à profit mon temps de transport pour effectuer des exercices de respiration ou regarder le paysage en pleine conscience. Et comme le yoga, c’est bien plus que des postures !  Je le pratique également de cette manière.
  • notre santé : il est primordial d’appliquer les préceptes que j’enseigne à mes élèves. Prendre soin de soi impose de faire des choix. Le premier consiste à se ménager des temps de récupération. Ensuite d’être bienveillante envers mon corps en proposant un nombre de cours par semaine que mon corps me permet de donner et veiller à ne pas aller au-delà. De garder notre corps en santé, de prendre soin de nous est tout aussi important que de prendre soin de vous !

Accepter ce qui se présente tel que c’est

La séance de yoga permet l’expression complète du corps. Et le corps qui s’exprime peut émettre des craquements, des gargouillements, des gaz qui peuvent parfois gêner l’élève lui-même ou par rapport aux autres.

En tant que prof de yoga cela ne me pose aucun souci puisque j’enseigne une discipline qui relie le corps et l’esprit. Cela se fait d’ailleurs en passant par la respiration, les postures. Je peux me sentir davantage gênée par le mal aise que peut ressentir l’élève dans une telle situation. Ou encore lorsque sa tenue est plutôt transparente mais cela reste anecdotique.

 

Avoir des chouchous

Peut-être cette pensée vous à déjà effleuré l’esprit que votre prof de yoga à ses élèves préférés ! Ceux qui viennent régulièrement, les plus souples, les plus ceci ou moins cela…

Même si je suis très heureuse de voir progresser mes élèves je ne suis pas pour autant déçue par le niveau de mes élèves débutants. Mais parler de progrès en Yoga semble un peu surprenant, non ! Car il s’agit de prendre les élèves tels qu’ils sont, comme ils sont, avec leur limites physiques ou psychologiques. J’apprécie sans distinction l’ensemble de mes élèves par leur diversité, leurs attentes, leurs besoins, leurs questions…Car tout cela me permet de grandir, d’avancer, de vivre de nouvelles expériences, bref ils m’enrichissent

 

Être toujours en forme

Je pose systématiquement la question à chaque début de séance : comment allez-vous ? Mes élèves me répondent mais rares sont ceux qui me retournent la question. Un peu comme si j’étais à l’abri d’un coup de fatigue. Or, rassurez-vous cela m’arrive, d’être fatiguée ! Comme à vous !

Alors oui, je vous le concède. J’arrive peut-être plus rapidement à mettre des mots sur mes maux. Et connaître ainsi les raisons de mon état de fatigue. Ai-je trop donner lors de ma dernière séance ? Est-ce que je manque de sommeil ? Ai-je changé mon mode d’alimentation ? Mais ce que j’ai appris avant tout et que j’applique c’est prendre des temps de pause. Si je me sens fatiguée alors je prends le temps de me reposer, de récupérer. Je prends soin de moi, tout comme je le conseille à mes élèves.

 

Alors parmi tous ces mythes, y-en-a-t-ils qui résonnent en vous ? Peut-être même avez-vous envie d’en ajouter un que je n’ai pas cité ? Et cet article vous a-t-il amené à changer votre façon de voir votre prof de yoga ? N’hésitez pas à laisser un commentaire pour nous partager, me partager votre point de vue.

 

Namasté🙏

Laisser un commentaire