Pranayama ou la non respiration !!!!

Pranayama ou la non respiration !!!!

Le pranayama, 4ème des 8 membres du yoga est ainsi décrit dans les « Yogas Sutras » de Patanjali : « Nous pouvons alors développer notre énergie, en pratiquant la non respiration, le pranayama », (Aphorisme II-49).

Il évoque ici l’idée que le prana n’a pas de forme spécifique et peut ainsi toutes les emprunter. Le pranayama ou la non respiration pourrait se manifester sous n’importe quelle forme. Mais alors qu’est-ce que le Pranayama ? Qu’est-ce que la respiration ? Comment le pratiquer et quels sont ses bienfaits ?

 

Qu’est-ce que le pranayama ou la non respiration ?

Le mot pranayama vient du sanskrit « an » respirer, de « prana » qui signifie souffle, et de « ayama » qui signifie maitrise, allongement. Donc le « pranayama » correspond au contrôle du souffle ou de la régulation.
Ce souffle « prana » ne décrit pas la respiration mécanique inspire, expire. Il s’agit du souffle de vie, celui qui anime tout être et toute chose, celui qui est la cause alors que la respiration en est la conséquence.

L’Ayurveda d’ailleurs, considère que la circulation de l’énergie dans le corps s’effectue par des canaux invisibles appelés Nadis. Ces Nadis représentent le flux constant de notre conscience ou énergie pranique. Notre corps serait ainsi composé d’environ 72 000 nadis parmi lesquels, trois principaux : Ida, Pingala et Sushumna

Situés au niveau de la colonne vertébrale, le canal « sushumna » est le principal transporteur du prana. « Ida » et « pingala » (narines gauche et droite) viennent contribuer à l’équilibre de la respiration. 

Image tirée du site reikiscoop

Quel que soit la forme empruntée,  le pranayama, 4ème règles du yoga ne s’aborde donc qu’après les yamas, les nyamas et les asanas. Généralement, le pranayama se pratique plutôt avant ou après les asanas, en fait de préférence à distance de ceux-ci ! 

 

Qu’est-ce que la respiration ?

La respiration désigne le mécanisme responsable à la fois des échanges gazeux résultant de l’inspire et de l’expire et de la respiration cellulaire qui permet, en dégradant du glucose grâce au dioxygène, d’obtenir de l’énergie. Elle s’adapte à ce que fait l’organisme et aux efforts qu’il produit. Le pranayama sollicite les poumons qui véhiculent à chaque respiration le prana dans tout le corps grâce au sang et aux artères. Mais nous l’avons vu ce mécanisme si naturel à la naissance s’enraye avec le temps à cause principalement de nos modes de vie.

 

Les bienfaits du pranayama

Toujours selon l’Ayurveda notre Etre se compose de cinq couches : la couche physique,  énergétique, psychologique, intellectuelle et spirituelle. Ainsi parmi l’ensemble de ses bienfaits, le pranayama permet de faire le pont entre la couche psychologique et la couche physique. La respiration favorise ainsi à calmer le flux de nos pensées en ramenant gentiment notre mental sur nos sensations physiques et donc sur le moment présent. L’un des principaux bienfaits du pranayama consiste donc à rétablir l’équilibre physique et mental en équilibrant le flux énergétique entre Ida et Pingala.

Bien sûr il existe différents types de pranayama dont chacun possède ses propres bienfaits : calmant, dynamisant, nettoyant, rééquilibrant, réduisant le stress, favorisant la concentration…

Ainsi, seule une pratique sérieuse et régulière du pranayama combinée à l’application des principes de yamas, des nyamas et des asanas s’avèrera bénéfique.

 

Comment pratiquer pranayama ?

D’abord respirez par le nez ! Pendant vos séances votre professeur de yoga vous a surement recommandé de respirer par le nez. Mais savez-vous pourquoi ? En fait, le nez agit comme un filtre et permet de respirer un air plus pur. Cela permet également de se concentrer, de calmer le mental ou encore de ressentir le confort dans l’inconfort ! Cependant si cela vous gêne n’hésitez pas à respirer par la bouche 🙂

Ensuite en yoga, un mouvement équivaut en général à une respiration. Certes cela demande une certaine habitude qu’il semble possible d’atteindre si on s’en accorde le temps. De même l’allongement ou le contrôle du souffle demande une préparation préalable. Et c’est la maîtrise du corps par les postures qui favorisera ce contrôle. En fait on ne peut séparer les asanas du pranayama. La respiration amène le mouvement du corps, le mouvement se cale sur l’inspire et l’expire plus ou moins longue et plus ou moins fluide. 

Enfin la pratique du pranayama peut se faire indépendamment de la pratique des postures. Elle peut être le point d’ancrage de la méditation ou bien encore le moyen d’évacuer toutes sortes de tensions.

 

Vous l’aurez compris la respiration revêt une importance capitale dans nos vies et dans le yoga ! Et respirer en conscience s’avère encore plus bénéfique aussi bien sur notre état physique que psychique.

Alors, RESPIREZ…

Namasté ?

Laisser un commentaire