C’est pas moi…

C’est pas moi…

C’est pas moi… c’est les autres !

Vous la connaissez cette excuse ? Vous savez celle que l’on sort lorsqu’on se montre insatisfait.e de n’importe quelle situation ! D’ailleurs je vous invité d’Abdel Malik illustre très bien ce phénomène dans sa magnifique chanson intitulée « C’est pas moi, c’est les autres« .

Je m’explique. Je peux vous dire que je m’en suis souvent servie. Pourquoi ? Parce qu’il est tellement plus facile de rendre les autres responsables de ce qui nous arrive. Il est tellement plus facile de se décharger de toute responsabilité face à ce que nous vivons. Et j’ai envie de rajouter, surtout lorsque cela ne nous convient pas.

Avant de prendre conscience de ma responsabilité

Je disais alors si :

  • je n’arrive pas à ce résultat c’est parce que c’est trop dur.
  • je suis malheureuse c’est parce que les autres ne m’aiment pas
  • je suis seul.e c’est parce que les autres me trouvent nul.le
  • je suis mal au travail c’est parce qu’on me demande de faire des choses (que je juge) inutiles
  • je…c’est parce que…

Bref dans n’importe quelle de ces situations je pensais que je n’étais responsable en rien de ce qui m’arrivait. Mais en fait si tout allait mal, peut-être que c’était moi le problème et pas les autres !

Et bien c’est ce dont j’ai pris conscience lors d’un coaching ou mon mentor m’a dit : « Ne cherche pas à l’extérieur les raisons de tes souffrances mais regarde en toi ce vers quoi ces situations te ramènent ? Trouve à l’intérieur de toi ce que tu souhaites changer. Et ensuite met en place les actions qui te permettront d’observer et de vivre ces changements. Tu t’apercevras alors que ta vision de toi même et des autres en seront totalement changé. Et tu verras que tes propres changements engendreront également un changement chez les autres ».

Cela reflète bien la citation de Mahatma GANDHI : « Sois le changement que tu veux voir dans le Monde »

Lorsque j’ai pris conscience de ma responsabilité

Alors depuis, je prends ma part de responsabilité dans ce qui m’arrive. Ainsi je mène les actions qui me pense utiles à l’atteinte de mes objectifs. Je me satisfais de ce que je fais et de ce que j’ai sans pour autant rêver petit. Ce qui engendre plus de joie, de paix et de sérénité en moi. Je vois la vie, ma vie ! Plus colorée, plus douce, plus belle.

Bref aujourd’hui je ne me dis plus par exemple que si mon activité vivote c’est de la faute des autres ou que c’est à cause de la crise. Non je me dis que je dois entreprendre des changements pour que je crée les changements que je vois voir se concrétiser. Voilà ce que je me dis.

Bien sûr il m’arrive encore aujourd’hui de me laisser aller à la facilité et de la ressortir. Mais ma prise de conscience est plus rapide et du coup je reprends plus rapidement ma responsabilité.

Et vous ? Vous arrive-t-il aussi de vous laisser aller à la facilité et de dire « C’est pas moi, c’est les autres » ? Si vous souhaitez partagez, j’accueillerai avec bienveillance🥰votre témoignage.

Je vous souhaite une lumineuse journée

Namasté 🙏

Laisser un commentaire